Accéder au contenu principal

Mes lectures # 22

La fille du train, Paula HAWKINS


Bonjour mes Chers lecteurs, mes Chères lectrices !


Je reviens avec un nouvel article, et aujourd’hui je vais vous en dire plus sur un best seller mondial : La fille du train.
J’ai eu l’opportunité de lire cet ouvrage il y a un peu plus d’un mois (après maintes recommandations). En effet, je ne m’aventurais jamais dans la lecture de ce type de roman, mais après les recommandations, et conseils de mon entourage, j’ai pris mon sac et j’ai été me procurer l’œuvre.
La lecture était plutôt agréable et j’ai trouvé que la traductrice a effectué un bon travail.
C’est l’histoire d’une trentenaire qui vit une routine en prenant le train tous les jours dans le but de se rendre au travail (en apparence). Cependant, pendant son trajet, elle ne cesse d’imaginer la vie des personnes vivant dans des maisons au sein d’un quartier qu’elle connait. Un jour, elle aperçoit un inconnu chez l’une des habitantes. Quelques jours plus tard, cette jeune femme disparait et le premier suspect est le mari.
Rachel, ayant des problèmes avec la boisson et une imagination bien débordante continue à s’interroger sur les raisons de la disparition et sur l’identité du tueur ou de la meurtrière. Elle aura encore plus de doutes car elle sera incapable de dire ce qu’elle a pu faire ou aller le jour de la disparition potentielle de la défunte. De plus, ce jour en rentrant à la colocation, Rachel était mal-en-point (blessée, endolorie, pire encore complètement amnésique).
Au cours du roman écrit « en triple » voix, trois femmes dessinent leurs quotidiens en laissant filtrer les craintes et peurs, les joies, échecs ; et peines.



Enfin pour clôturer ma lecture, je me suis donc intéressée à l’adaptation cinématographique. Et bien, j’ai trouvé que le pathos était bien plus présent à l’écran que dans les pages du livre. Et puis, ce drame peut peut-être nous alerter sur les petites choses dites anodines du quotidien.



Si vous avez lu cet ouvrage n’hésitez pas en m’en dire plus, et si ce n’est pas encore le cas ; et que vous aimé les « thrillers », surtout psychologiques : foncez !

Je vous propose un extrait que j’ai trouvé très intéressant:
«      Je descends à Witney. Me voilà dans l’essaim du vendredi soir, une esclave salariée comme une autre dans ce troupeau épuisé, qui n’aurait qu’une hâte, rentrer chez elle pour s’asseoir dans le jardin avec une bière, dîner avec les enfants puis aller se coucher tôt. C’est peut-être à cause du gin, mais c’est fou comme c’est agréable de se laisser entraîner par la foule, au milieu de ces gens, les yeux rivés sur leur téléphone, cherchant leur carte de transport dans leurs poches. Cela me ramène dans un passé lointain, le premier été après notre installation dans Blenheim Road, quand je rentrais précipitamment du travail chaque soir, impatiente dans la rue. Tom travaillait à domicile, et j’avais à peine passé la porte qu’il m’arrachait mes vêtements. Encore aujourd’hui, le souvenir de cette anticipation me donne le sourire : le rouge qui me montait aux joues tandis que je descendais gaiement la rue en me mordillant la lèvre pour contenir ma joie, ma respiration qui s’accélérait rien qu’en pensant à lui, consciente que lui aussi comptait chaque minute qui le séparait de mon retour.
J’ai la tête qui déborde d’images de ces moments et j’en oublie de m’inquiéter de Tom et d’Anna, de la police et des photographes, et, sans même m’en être aperçue, je suis devant chez Scott et je sonne, et la porte s’ouvre, et je suis excitée, et je ne devrais pas mais je ne m’en sens coupable, parce que Megan n’était pas une belle fille insouciante sur son balcon. Ce n’était pas une épouse aimante. Ce n’était même pas une bonne personne. C’était une menteuse, une femme infidèle.
Une meurtrière. »



Sur ces dernières paroles, je vous souhaite de bonnes lectures et à très bientôt !




Commentaires

Articles les plus visités

Mes lectures #26

Bonjour,
Comment allez-vous? Je suis de retour avec un nouvel article. Aujourd'hui je vais vous parler d'un ouvrage que j'ai beaucoup aimé lire et que je recommande fortement. Ecrit par un auteur, écrivain, poète haïtien: Makenzy ORCEL; L'ombre Animale est un roman d'environ 350 pages. Ce roman a été publié en 2016.

Roman ayant reçu de nombreux prix, comme:
- le Prix Littérature Monde 2016, -Le Prix Louis GUILLOUX 2016, - Le Prix littéraire des Caraïbes de l'ADELF 2016; et enfin -Le Prix Ethiophile 2016.
Nous avons ici l'histoire d'une jeune fille/femme qui nous raconte sa vie d'une part en province, une "banale" province haïtienne dans la première partie du roman, puis de sa nouvelle vie en ville. Deux univers bien différents et très distincts. Au cours de ces histoires du quotidien et de la routine de bon nombre de personnages très atypiques mais que nous avons certainement connus ou reconnus en un proche, ou encore à travers une connaiss…

Visiter les villes et ou capitales de la Mode/ Visit fashion cities or capitals

Mes chers lecteurs, Mes chères lectrices!

Aujourd'hui j'aimerais vous parler de mon petit défi personnel: visiter les villes et/ou les capitales de la Mode dans le Monde.
La tour Eiffel que vous contemplez ci-contre est l'une des destinations les plus visitées à Paris. Mais connaissez-vous l'histoire de cette dame de fer. Et bien je vais vous en dire quelques mots.
Construite à l'occasion d'une exposition universelle (celle de 1889), elle ne devait point rester au sein de la capitale française. Parfois considéré comme édifice de mauvais goût, elle fini par résister et faire le bonheur de bons nombres de personnes.

Et oui! Je suis une passionnée, tout d'abord j'aime beaucoup voyager: visiter de grandes villes, découvrir d'autres cultures et bien d'autres. Aller à la découverte du Monde afin d'ouvrir mon horizon!

J'ai donc commencé par Paris, qui se trouve en France!

On a tous déjà entendu parler de Paris? Pas vous? Si, j'en suis convai…

Mes lectures # 9

Yanvalou pour Charlie, Lyonel TROUILLOT

Yanvalou pour Charlie, est un roman de l'écrivain haïtien Lyonel TROUILLOT, qui nous conte l'histoire d'un jeune haïtien nommé Dieutor au commencement et qui part pour un avenir meilleur en ville, c'est-à-dire à Port-au-Prince. Il se rend là-bas pour échapper non seulement à la misère, mais aussi à tous ce qu'il n'aime pas, tous ce qu'il rejette et renie. Il part pour se créer une nouvelle vie, où son nom va changer, et surtout lui. Au cours du roman, un personnage plus jeune Charlie va venir bousculer la vie de Dieutor, afin de lui rappeler que sa vie passée est encore là et peut-être plus présente que ce que Dieutor imaginait. Charlie est un personnage ambigu,et intéressant et grâce à lui on se pose des questions: sur ce fameux Charlie, mais aussi sur tous les autres personnages. Ainsi on part à la quête d'une identité ou à la quête des différentes identités. On finit par se demander qui est vraiment Charlie? Qui …

Mes lectures #1

Bonjour,
J'aimerais vous faire découvrir mes lectures! Et aujourd'hui nous allons débuter avec cette oeuvre: Sweet sixteen, Annelise HEURTIER
 Sweet sixteen, est un roman d'Annelise HEURTIER. Ce roman nous replonge dans les années 50 et 60, aux Etats-Unis où les différences ont fait grimper les inégalités. La Ségrégation fait donc rage et la population est divisée, séparée. Dans ce roman, l'auteure met en scène deux jeunes filles (deux adolescentes), nommées Grace et Molly. Ayant le même âge, vivant dans le même état, ces deux adolescentes ne partagent pourtant pas le même quotidien. En effet, étant différentes à cause de leurs couleurs de peaux, ces deux jeunes filles vivent à proximité l'une de l'autre, mais à l'extrême opposé! Grace est une Afro Américaine qui va vivre une toute nouvelle expérience et marquer l'Histoire des Etats-Unis d'Amérique, et par la suite changer la situation des Afro Américains. Molly, elle, est une jeune américaine à la…

Mes lectures #18

Vipère au poing, Hervé BAZIN


Roman relatant l'histoire d'une famille dont les adolescents sont prisonniers et surtout malmenés par leur mère finalement re-nommée Folcoche ; le narrateur-auteur et personnage revient sur cette période difficile de son enfance jusqu'à l'adolescence.

Le roman est un « roman autobiographique », publié en 1948. Ainsi, Jean REZEAU, dit Brasse-Bouillon raconte les agissements de sa mère surnommée Folcoche. En effet, cette mère indigne et désormais une vraie marâtre martyrise ses propres enfants en les punissant sans état d'âme. Sa tâche lui est d'autant plus facile étant donné que le père quoique présent n'intervient presque pas en faveur de ses enfants.

L'histoire se déroule durant l'été 1944, dans le château familial de la Belle-Angerie (à quelques kilomètres d'Angers). Le récit s'ouvre avec le décès de la grand-mère, qui était chargée de la garde des enfants, et s'en occupait, pendant que les parents étaient …